Hypnose Emotions

Hypnose pour aider à la gestion des émotions

Il s'agit souvent de "nettoyer" d'anciennes émotions négatives persistantes et de relier la personne aux émotions positives qu'elle porte en elle. La personne peut ainsi réhabituer son système corps-esprit à vivre des expériences agréables en dissolvant progressivement les anciens schémas émotionnels.

Divers outils issus de techniques de méditation peuvent aussi être proposés afin de créer un espace plus conscient entre l'émotion et la réaction à celle-ci.

Il arrive parfois que cela résolve certains maux physiques psychosomatiques. En effet, dans mon système de représentation, les émotions négatives qui se répètent trop souvent finissent par se "cristalliser" dans le corps physique. Je ne suis toutefois pas très fan des "dis moi où tu as mal et je te dirai pourquoi"... En effet, la somatisation dépend du système de représentation de chacun. En d'autres termes, chacun a son système symbolique qui lui est propre, même si certaines tendances peuvent se dégager. Nous sommes la clé ouvrant la serrure de nos propres symboles!
 

L'hypnose permet de désamorcer des charges émotionnelles issues du passé mais aussi d'éviter que de nouvelles charges émotionnelles négatives ne s'installent. En effet, toujours, dans ce même système de représentation, une pensée répétitive se cristallise en émotion et cette émotions, si elle se répète trop souvent fini par s'enkyster dans le corps physique. L'hypnose permet en effet un travail sur les pensées (oserai-je dire un travail spirituel, de l'esprit?), de part la communication avec l'inconscient (Et oui... d'où viennent les pensées récurrentes?). Elle permet donc d'avoir moins de pensées négative et, donc, moins d'émotions négatives.

 

L'hypnose permet aussi de mieux "chevaucher" ses émotions. En effet, certaines émotions adviennent en réponse à ce qui se passe dans notre environnement immédiat, comme une réponse adaptative saine. Ces émotions ne doivent absolument pas être niées ou refoulées (Sinon, elle s'enkystent et deviennent nocives), elles doivent servir de carburant à une action. La peur, par exemple, est une émotion utile puisque la réponse physiologique qu'elle induit nous permet de mieux nous battre ou de fuir plus vite. Le problème vient quand l' action est inhibée.