top of page
Rechercher
  • bareauantonin

Le haut potentiel, les enfants et l'hypnose (2)

Dernière mise à jour : 13 déc. 2023


Un enfant "intelligent"
Photo

Voici donc la deuxième partie de ce résumé sur le haut potentiel. Pour voir la première partie de ce résumé et comprendre pourquoi je choisis d'utiliser les initiales "ZHP", c'est . Dans cette deuxième partie, je me concentrerai donc plus sur le haut potentiel chez les enfants et les adolescents.


Le cas des enfants ayant une ou des ZHP est à la fois identique à celui des adultes ZHP et à la fois spécifique.


Il est identique à celui des adultes en ce que, d'après Betts et Neihart, pour 90% des enfants, être ZHP est avant tout une ressource. Comme pour les adultes cette ressource ne doit pas être confondue avec certains troubles (autisme, TDA/H,...) et il faut prêter attention à ce qu'elle n'en masque pas d'autres (troubles dys par exemple). Comme pour l'adulte, il peut être intéressant de recadrer certaines fausses croyances concernant le haut potentiel. Ces croyances seront aussi à recadrer auprès du sytème familial de l'enfant comme nous le verrons plus tard. Non, l'individu à ZHP n'est absolument pas destiné à être un savant fou émotionnellement handicapé qui devra forcément être incompris et solitaire... Bien au contraire!


Il est spécifique par rapports aux adultes ZHP en ce que, chez l'enfant , être ZHP peut créer une dysynchronie (Un joli mot pour dire décalage) entre l'enfant et son environnement (Les autres enfants, l'école, sa fratrie,...), voire entre les différents champs de son développement interne. De plus, l'enfant est soumis à de nombreuses règles qui ne sont pas forcément adaptées au vu de ce décalage, ce qui peut créer des tensions. Enfin, l'enfant évolue au sein d'un système famillial qui est généralement plus subit que celui d'un adulte.


L'école est, paradoxalement, un environnement dans lequel un enfant ZHP peut s'épanouir mais aussi celui dans lequel il peut rencontrer de nombreux problèmes. Si les résultats scolaire ne sont pas en concordance avec un haut potentiel avéré (Testé par un professionnel). Deux questions peuvent se poser.


Tout d'abord, il peut exister un autre trouble concommittant: trouble dys ou TDAH. Ils sont, dans le cas de de l'enfant ZHP, plus difficiles à diagnostiquer car les ZHP compensent les troubles. Il peut donc être intéressant d'investiguer de ce côté là.


D'autre part, le décalage qui existe entre l'enfant ZHP et ce qu'on lui fait faire à l'école peut créer ennui, distraction, problèmes de comportement voire décrochage si rien n'est fait. Il n'est pas toujours facile de faire accepter au monde scolaire des aménagements pour les ZHP. C'est d'autant plus dommage que des aménagements sont de plus en plus prévus pour les élèves ayant des difficultés. Notons que cela part généralement d'un bon sentiment de la part du monde scolaire qui a peur de contribuer à l'isolement social des enfants ZHP.


Il y a 5 grandes adaptations scolaires pour les HP au niveau scolaire: la différenciation, le regroupement, enrichissement, le mentorat et l' accélération. Notons que certaines se recoupent entre elles et qu'elles peuvent êtres simultanées.


La différenciation consiste à travailler différemment avec les élèves ZHP au sein d'une classe "normale". Les adaptations ont lieux essentiellement au niveau du rythme (Pas besoin de nombreuses répétition ennuyeuses) et de l'autonomie. Cela donne de bons résultats mais cela nécessite de soutenir et de former les enseignants.

Le regroupement consiste à regrouper les élèves ZHP. On peut regrouper selon différentes modalités: par classe, hors de l'école dans des activités spécifiques, à l'école mais à temps partiel,... Les effets sont bons sur la motivation mais cela crée du stress de compétition et de l'isolement social. De plus, cela rend les classes "ordinaires" plus homogènes et il a été prouvé de nombreuses fois que l'homogénéité nuit au niveau général.


L'enrichissement vise à approfondir les contenus du plus concret vers l'abstrait et du plus familier vers le moins familier. Cela permet à l'élève ZHP de rester dans sa classe mais d'être libéré de certaines tâches pour pouvoir en approfondie d'autres en terme de complexité, de profondeur, de diversité ou de densité. Pour ne pas lasser l' élève ZHP, il vaut mieux éviter de donner plus de la même chose ou de voir de la matière qu'il reverra les années suivantes. Les effets semblent assez positifs, surtout pour les formules de "camps d'été" en dehors de l'écoles.


Le mentorat consiste à jumeler un adulte ou un élève plus avancé qui possède une ou des compétences particulières , ou un niveau de connaissances élevé dans un domaine , à un élève désirant se perfectionner ou améliorer ses connaissances dans le champ de ses talents . Il est bon que le mentor soit formé, que les activités soient structurées et que les parents soient impliqués. Les bénéfices sont présents, spécialement sur la motivation à poursuivre des études grâce à l'exemple fourni par le mentor.


L'accélération consiste en un avancement scolaire plus rapide que la normale. Elle peut être basée sur la matière (On parle alors plutôt de décloisonnement) ou sur le niveau scolaire (La classe dans laquelle l'enfant se trouve). C'est la mesure la plus facile et la moins couteuse à mettre en oeuvre, ce qui fait qu'elle est plébsicitée par la science et l'enseignement en France. Notons toutefois qu'elle gagne à être réalisée de manière progressive et en coopération avec la famille et les enseignants (Sinon, il y a un risque d'effet Pygmalion négatif). Il faut prendre en compte divers aspects avant d'en prendre la décision: les habiletés de l'enfant, le souhait de l'enfant, sa capacité à se réguler socialement, sa taille (Et oui... il faut prendre en compte que ça risque d'être socialement compliqué de faire 1m30 d'un une classe où la plupart des élèves a 18 ans...) et être tolérant lors de la phase d'adaptation inévitable. Dans de bonnes conditions, cet aménagement a de nombreux bénéfices sans contrepartie négative au niveau scolaire ou cognitif.


Pour ce qui est de l' accompagnement des enfants ZHP hors du cadre scolaire, avoir une approche systémique, englobant la famille est forcément un plus.


Déjà, lors du passage du bilan intellectuel, il pourra être intéressant de creuser du côté des enjeux psychologiques sous jacents. Ils peuvent être nombreux et variés mais citons le déni de certaines difficultés, le besoin de se déculpabiliser, les enjeux narcissiques, la valorisation sociale, l'illusion de la solution magique ou encore, des résonances entre l'enfant et certains membres de la famille.


Ensuite, les enfants et les adolescents ZHP ne sont pas toujours les réels porteurs de la demande. Parfois les parents ont la crainte de problèmes futurs éventuels. Parfois même, la famille est à l'origine du problème en collant sur l'enfant une étiquette pathologisante qui pousse inconsciemment l'enfant à répondre aux attentes de la famille en développant un "symptôme".


Les parents sont donc les meilleurs alliés thérapeutiques à prendre en considération!


Les troubles (Phobie scolaire ou sociale, trouble de l'opposition, anxiété,...) que les enfants ZHP peuvent parfois développer en rapport avec ce trait ZHP sont donc essentiellement dus à l'inadaptation de son environnement scolaire aux spécificités cognitives de cet enfant (D'où l'utilité d'un bilan et des adaptations scolaires vues plus haut) ou d'une vision trop pathologisante et rigide de ce que sont les ZHP par son système familial (D'où l'utilité des recadrages et de tout ce qui peut amener de la fluidité dans le système familial).


Notons pour finir que les enfants à zone de haut potentiel réagissent souvent très bien aux thérapies cognitivo-comportementales dont l' hypnose ou la méditation font partie. Il évoluent généralement plus vite que les autres individus car ce sont des thérapies basée sur l' apprentissage, leur point fort. Il faut toutefois noter que leurs résistances peuvent aussi parfois être plus importantes du fait d'une architecture cognitive plus intense construite autour du maintient de leur problème, d'un "trauma" autour de l' apprentissage (Merci l'école!) ou encore de ce qui peut être ressenti comme une remise en question de leur capacité à raisonner.

19 vues0 commentaire
bottom of page